« Vous allez découvrir un truc de dingue ! »

Portrait de Florence Bigot-Cormier, Professeur de SVT

IMG_8994« Aujourd’hui vous allez découvrir un truc de dingue ! »

C’est avec cette phrase que Florence Bigot-Cormier capte à chaque fois les regards brillants de ses élèves au Lycée français de Shanghai.

Depuis huit ans, elle y enseigne la biologie et la géologie, en tant qu’enseignante-chercheur détachée du laboratoire Géoazur de l’université de Nice Côte d’Azur.

Elle s’y épanouit toujours autant en explorant avec nos jeunes les phénomènes géologiques et les découvertes biologiques les plus passionnantes.

Un métier, une passion

Pour Florence, la géoscience, c’est sa passion. Dès sa première année à l’université, cette spécialisation faisait sens. Ayant obtenu très tôt un master en géodynamique de la lithosphère, un doctorat en géochronologie, géomorphologie et sismologie, puis après un post-doc sur le développement d’une méthode de géochronologie pour dater les glissements gravitaires, elle était amenée à donner des cours aux élèves en Master alors qu’elle avait quasiment le même âge qu’eux.

Son expérience ne s’est pas arrêtée là.

Elle a pu rejoindre Seattle, aux États-Unis, pour y poursuivre des recherches sur les glissements gravitaires de Mars en collaboration avec la NASA, à l’Université de Washington à Seattle.

Elle a également créé une société de design numérique. Mais l’enseignement lui manquait et elle est ravie de pouvoir faire profiter les élèves du LFS de son expérience.

photo

Faire vivre la science au LFS

« Le métier d’enseignant en collège et lycée est totalement différent du métier d’enseignant à l’université. C’était donc un challenge de m’adapter à ce système. »

Et elle s’y adapte très bien. Depuis son arrivée, plusieurs nouveaux projets autour de la sismologie ont été montés. Expliquer les séismes au grand public a été sa motivation pour créer la fête de la science qui présente chaque année des activités sur ce thème. De plus, un « atelier sismo » créé depuis 7 ans, permet aux élèves de 4ème chaque année de répondre à des concours en lien avec des projets de recherches actuels. Depuis 2 ans, les élèves travaillent sur le projet InSight Mars, un projet de la NASA qui a envoyé une station sismologique sur Mars spécialement pour l’éducation.

Florence Bigot-Cormier - PortraitCes activités pédagogiques lui ont permis d’écrire deux articles pédagogiques dans des revues scientifiques américaines spécialisées dans le domaine des géosciences et mettent le LFS en relief dans ses actions pédagogiques.

« Faire de la vulgarisation scientifique n’est pas une chose facile. Il faut être capable de parler de la même chose à un enfant de primaire, à un lycéen ou à un adulte ; la chose essentielle est de changer de vocabulaire. J’ai donc proposé d’organiser une fête de la science à mon arrivée. Je n’ai jamais été seule pour l’organiser. La première année, j’ai été soutenue par 3 enseignants de philo, chinois et histoire-géo. Ils m’ont permis de mieux comprendre comment organiser un événement dans cet établissement. »

C’était aussi grâce aux conseils d’un professeur de chinois qu’elle a pu trouver le lieu le plus adapté au programme de 4ème et organiser une sortie terrain à Taiwan pour les élèves. Une activité primordiale dans l’enseignement de la science de la Terre, à son avis, pour visualiser les objets géologiques, les toucher, les sentir… Justement, ce qu’elle trouve fascinant dans son travail, c’est « la passion de découvrir et transmettre ».

 

Partager, transmettre et inspirer

IMG_0095« L’autre motivation, c’est mon relationnel avec mes élèves. J’ai toujours beaucoup aimé l’enseignement qu’il soit fait en amphithéâtre devant 100 élèves ou en TP au LFS devant 6-8 élèves… Il y a une relation de confiance qui s’installe. Les discussions que je peux partager avec mes élèves, qu’elles soient d’ordre intellectuel, scientifique ou autre sont de vrais moments que j’apprécie et qui me font prendre conscience de la chance de faire ce métier. »

La preuve en est éventuellement que ses élèves ont eu de vrai succès dans le cadre des olympiades nationales et internationales en géosciences : cette année, l’une a fini 1ère de l’AEFE, un autre a été sélectionné dans l’équipe française composée de quatre élèves pour participer aux concours internationaux.

Petite anecdote, avant son parcours scientifique, Florence a envisagé d’entrer dans l’orchestre de l’armée de l’air à Paris pour jouer à la flûte traversière… Il semble que la science n’est finalement pas un mauvais choix, puisqu’elle lui permet de jouer dans l’orchestre du LFS avec ses élèves aujourd’hui !