La Naissance des Beaux-Arts du Grand Siècle à la Révolution : Chefs-d’œuvre des collections des Beaux-Arts de Paris

Quand :
5 novembre 2019 – 9 février 2020 Journée entière
2019-11-05T00:00:00+08:00
2020-02-10T00:00:00+08:00

« La Naissance des Beaux-Arts du Grand Siècle à la Révolution : Chefs-d’œuvre des collections des Beaux-Arts de Paris »
du 5 novembre 2019 au 9 février 2020

 

Affiche de l’exposition « La Naissance des Beaux-Arts » – Source : 上海博物馆

 

La nouvelle exposition du Musée de Shanghai met à l’honneur la tradition artistique française par le prisme des chefs-d’œuvre des collections de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Peintures à l’huile, sculptures, estampes, maquettes, livres et manuscrits élèvent à plus de 80 le nombre d’œuvres présentées dans cette exposition. Du Grand siècle à la Révolution, de Louis XIV à l’Empire de Napoléon Bonaparte, les Beaux-Arts de Paris ont occupé une place importante dans l’histoire de l’art et cette exposition marquera la première venue en Chine de ces chefs-d’œuvre majeurs.

 

  1. L’Académie royale de peinture et de sculpture de France

Située aujourd’hui sur les quais de Seine face au Palais du Louvre, l’École des Beaux-Arts trouve ses fondements dans l’Académie royale de peinture et de sculpture de France (ci-après « Académie des Beaux-Arts de Paris ») créée en 1648 par Louis XIV. Deux siècles durant, cette institution étatique formera les grands maîtres français avant d’être dissoute sous la Révolution en 1793 et de renaître en tant qu’« École nationale des Beaux-Arts de Paris » sous le Premier Empire.

Dirigée par Charles Lebrun (1619-1990) à ses début, l’Académie royale de peinture et de sculpture promeut l’art antique, grec et romain, sous l’influence majeure de la Renaissance italienne. En tant qu’institution d’enseignement, l’Académie des Beaux-Arts de Paris a développé une pédagogie centrée sur les esquisses du corps humain et accompagnée de concours, de voyages d’études et de salons à travers le continent. La renommée grandissante de l’institution et la qualité de son système d’enseignement en fera le modèle européen voire mondial des différentes académies des beaux-arts.

L’Académie des Beaux-Arts de Paris regorge d’une collection d’autant plus importante qu’elle comprend des œuvres d’architecture, de peinture, de sculpture, de gravure, de dessin et d’anatomie remontant au XVIe siècle. Les différents chefs-d’œuvre exposés à l’occasion de cette exposition sont notamment issus des collections du Grand Prix de Rome qui, créé en 1663, est un concours récompensant les étudiants les plus talentueux.

Par ailleurs, retracer les canons de l’Académie des Beaux-Arts de Paris permet de saisir l’influence majeure de l’institution exercée sur la scène artistique mondiale et entre-autres chinoise depuis le début du XXe siècle. En effet, de nombreux artistes chinois célèbres s’y sont formés au début de ce siècle et ont favorisé, à leur retour en Chine, le développement d’une éducation artistique sur le modèle occidental de l’École des Beaux-Arts de Paris. Parmi ces artistes ont peut notamment citer Xu Beihong, Lin Fengmian, Pan Yuliang, Wu Guanzhong, Wu Faxing, Chang Shuhong, Yan Wenliang et Lu Sibai.

 

  1. Du Grand siècle à la Révolution

Du baroque au néo-classique en passant par le rococo, l’exposition permet de saisir l’histoire de l’art en interaction avec les contextes socio-politiques et intellectuels. Les œuvres de Jacques-Louis David sont caractéristiques de la fin de cette période par la représentation de scènes épiques de l’antiquité, remettant au cœur de l’art les soucis des penseurs des Lumières. Il s’oppose ainsi aux tableaux frivoles et très ornés du premier XVIIIe siècle que le mouvement rococo célèbre.

 

  1. Les thèmes abordés au cours de l’exposition
  • Renaissance et art français
  • La naissance des artistes modernes
  • L’Académie royale de peinture et de sculpture du roi soleil
  • La prospérité de l’art aristocratique
  • Esthétique humaine : opposition de l’art et de la science
  • L’émergence de la peinture héroïque au siècle des lumières
  • Art et révolution : de David à l’Ange
  • Esthétique poétique de l’archéologie et des ruines
  • De l’Académie Royale à l’École des Beaux-Arts