INTERVIEW “Que l’enjeu ne dépasse pas le jeu” Alexandre PERREAU NIEL, arbitre

Alexandre Perrau Niel

Enseignant d’éducation physique et sportive dans un lycée à Auxerre où il est responsable de l’arbitrage, Alexandre PERREAU NIEL a formé dans le cadre d’un partenariat UNSS/AEFE les arbitres qui seront sur les terrains du Prozap Foot Shanghai. Cette formation était destinée également à des arbitres chinois dont la présence a été rendue possible par la Fédération française de Football (FFF) qui accompagne le LFS dans l’aventure Prozap. Les arbitres ont échangé non seulement avec les jeunes du lycée français de Shanghai mais aussi avec la délégation d’arbitres UNSS venus de France pour leur prêter main forte. Alexandre PERREAU NIEL revient sur son engagement pour les valeurs sportives et sur le métier d’arbitre qu’il connaît bien puisqu’il a évolué pendant plusieurs années en ligue 2.

Qu’est-ce qui vous a amené à l’arbitrage ?

Je jouais dans une équipe et un jour le président de mon club m’a proposé d’arbitrer et j’ai continué dans cette voie. Je suis arbitre de football depuis 19 ans et pendant 4 ans j’ai arbitré en milieu professionnel (ligue 2).

Qu’aimez-vous dans l’arbitrage ?

J’aime l’arbitrage pour les valeurs de loyauté, de courage et d’écoute qu’il défend mais aussi pour les qualités que cela permet de développer. Devenir arbitre implique de développer sa confiance en soi, son autorité et sa capacité à prendre des décisions et à les faire accepter. Etre arbitre c’est aussi savoir communiquer : il faut détecter la personnalité de son interlocuteur et savoir comment on va communiquer avec lui.  Il faut savoir s’organiser aussi. Quand on est arbitre on n’a pas de coach qui vous accompagne. Vous devez être responsable et autonome.

L’arbitrage permet de développer un vrai savoir-être. Toutes les qualités que vous venez de citer sont appréciées dans la vie professionnelle. Au Lycée Français de Shanghai l’enseignement valorise autant le savoir-faire que le savoir-être afin de préparer au mieux les élèves au monde professionnel. En quoi l’arbitrage peut s’inscrire dans cette dynamique ?

Oui, l’arbitrage c’est l’école de la vie. Il permet d’avoir un recul par rapport aux situations. La force de caractère est primordiale. Sur un CV à compétences égales le DRH optera pour un candidat qui a fait de l’arbitrage car ce dernier est une personne de confiance qui a l’habitude de gérer les conflits.

Pourriez-vous revenir sur votre participation en tant qu’arbitre au sein du Prozap Foot Shanghai ?

J’accompagne six jeunes arbitres venus de France pour former les arbitres officiels de Shanghai mais aussi des arbitres chinois venus de Pékin. Une expérience en arbitrage officiel peut s’avérer intéressante pour un lycéen. Si l’élève obtient un niveau d’arbitre officiel en première ou en terminale, il est possible d’obtenir entre 16 et 20 points pour le baccalauréat.

Pour finir, avez-vous un message à adresser aux joueurs qui participent au Prozap Foot Shanghai ?

Sur une telle compétition, prenez un maximum de plaisir à jouer en profitant du mélange culturel offert par cette compétition qui réunit des délégations venues de toute la zone Asie-Pacifique. Respectez les autres et rappelez-vous que l’enjeu ne doit pas dépasser le jeu. Le plaisir et le jeu restent au centre.

sources : Blog du Prozap Foot Lycée de Shanghai