Une reporter de guerre au LFS

[English below]

Une reporter de guerre au LFS

Depuis plus de 40 ans, Martine Laroche-Joubert est Grand reporter de guerre. Ce lundi 25 novembre, avec le soutien du Consulat général de France à Shanghai, dans le cadre des programmes développés par le secteur universitaire, et à l’invitation de l’équipe d’histoire géographie du LFS, elle est intervenue devant nos collégiens de Qingpu pour raconter son métier, sa passion et partager les expériences qui l’ont forgée.

INTERVIEW DES 6D DU CAMPUS DE QINGPU

Élève : Avez-vous toujours voulu être reporter de guerre?

Martine Laroche-Joubert : Non, pas du tout. J’ai pas mal hésité après mes études. Et puis un jour, lors d’un de mes premiers reportages en Afrique, j’ai senti que cette vie d’aventures, cette sensation de regarder le monde avec les yeux d’un enfant de 4 ans, c’était ce qu’il me fallait. 

Le regard un brin envieux de certains jeunes élèves lorsque Mme Laroche-Joubert évoque l’anecdote suivante :

Alors que j’aurais dû être à l’école, mon père m’a emmenée voir la construction du mur de Berlin quand j’étais petite.  

Élève : Votre plus belle expérience ?

Martine Laroche-Joubert : J’ai vécu parmi les Pygmées au centre de l’Afrique dans des huttes faites de feuilles. Nous sommes partis chasser ensemble mais le gibier, effrayé par notre présence, ne s’est jamais montré. Ces Pygmées m’ont raconté leurs rêves. Plusieurs d’entre eux rêvaient de pouvoir tuer un éléphant, l’éventrer pour pouvoir devenir de vrais Pygmées. Un vrai aboutissement pour eux.

Je me souviens également d’avoir voyagé à travers le désert au milieu d’une caravane de 500 chameaux. Une aventure véritablement onirique. Nous y avions rencontré un sultan du Niger qui vivait dans un palais grand palais africain du XVème siècle. Il chevauchait un somptueux cheval blanc qui détonait au milieu des chameaux. Nous avions été amusés lorsqu’il nous confia plus tard préférer sa Land Rover à sa belle monture.

Élève : Comment faire un bon exposé ?

Martine Laroche-Joubert : Il faut savoir ce que l’on va dire mais ne pas réciter par cœur. Avoir un papier avec quelques mots clefs, l’essentiel, pour reprendre le fil si l’on est perdu. Et surtout attention à l’intonation. Il ne faut pas que l’intensité de votre voix baisse en fin de phrase. Essayez de parler le plus naturellement possible.

Élève : Est-ce que le monde va très mal ? (question d’élève de 6ème)

Martine Laroche-Joubert : Il ne va pas très bien, mais il me semble que ce siècle commence mieux que le XXème. Les 20 premières années du XXème siècle avaient été si meurtrières. Mais il reste encore 80 ans durant lesquels les dirigeants devront éviter les guerres, ces guerres qui sont toujours si stupides.

Cette interview très professionnelle menée par les 6èmeD du Campus de Qingpu s’est achevée par une séance d’autographes.

 

De ses premiers reportages auprès des Pygmées de Centrafrique jusqu’aux Printemps arabes, de l’éclatement de l’URSS à l’élection de Nelson Mandela, de la construction du mur de Berlin au conflit syrien, nos élèves de sixième, seconde et première ont pu profiter d’un véritable cours d’histoire, mais aussi de géopolitique.

Quoi de plus inspirant pour les élèves du LFS que d’aborder de vive voix les grands moments qui ont marqué notre histoire récente et qu’ils ont étudiés en classe avec une journaliste qui en a été le témoin ?

« Avez-vous toujours voulu être reporter de guerre ? »; «Quelle est votre plus belle expérience ? »; « Est-ce que le monde va mal ? » Martine Laroche-Joubert a pu répondre à toutes les questions de nos élèves et est revenue sur les moments forts de sa carrière, la naissance de sa vocation de reporter ou encore les enjeux du métier de reporter de guerre, tout en distillant nombre d’anecdotes dont sa rencontre avec un sultan du Niger.

Au lycée français de Shanghai, la venue régulière d’intervenants de marque est une source d’enrichissement et d’inspiration, mais aussi de questionnement sur le monde.

 

A war reporter at the Shanghai French School

For more than 40 years, Martine Laroche-Joubert has been a war reporter. On Monday, 25 th November, with the support of the Consulate General of France in Shanghai, in the frame of the programs that are set up by the academic office, and at the invitation of our History and Geography teachers, Mrs Laroche-Joubert spoke to our students in Qingpu to tell her story, share her passion as well as experiences that forged her.

 

From her first report on pygmies from Central Africa to the Arab Spring, from the breakup of the USSR to the election of Nelson Mandela, from the construction of the Berlin Wall to the Syrian conflict, our sixth, tenth and eleventh grades were able to enjoy a lively history lesson filled with geopolitics.

What could be more inspiring for our students than to talk face to face with a journalist who was at the heart of the great moments that marked our recent history and that they studied in class ?

“Have you always wanted to be a war reporter?”; “What is your best experience?”; “Is the world going badly?” Martine Laroche-Joubert was able to answer all of the questions of our students and to tell them about the highlights of her career, the birth of her vocation or the stakes of the profession of war reporter, while sharing some stories like her meeting with a sultan of Niger.

At the Shanghai French School, the frequent coming of distinguished speakers is a source of enrichment and inspiration, but also questioning about the world.